Actualités de l' agemetra

Retour à la liste des actualités

Les mesures exceptionnelles pour faire face à l'épidémie de COVID-19

 19 Mai 2020


Découvrez dès maintenant, les mesures de prévention à mettre en oeuvre dans le contexte actuel de pandémie afin de préserver la santé et la sécurité des secouristes. 

L’obligation qui incombe à l’employeur de préserver la santé et la sécurité de ses salariés inclut celle des secouristes qui seraient amenés à intervenir en vue de prodiguer les premiers soins à un collègue blessé ou malade.

Dans le contexte actuel de pandémie et de manière provisoire, les mesures de prévention consistent à limiter, si possible, les contacts entre la victime et le secouriste et à renforcer les mesures d’hygiène (le cas échéant, mise à disposition de gel hydroalcoolique) et les gestes barrières. En complément, des équipements de protection seront mis à disposition des secouristes (gants à usage unique, et, si l’entreprise en dispose, masques de protection) et l’employeur devra s’assurer que ces derniers ont été formés à leur utilisation.

Ainsi, face à une victime et dans ce contexte épidémique :

  • Le Sauveteur secouriste du travail (SST) respectera les consignes de secours applicables dans l'entreprise.
  • Le SST portera les gants et si possible un masque chirurgical mis à disposition par son employeur. En cas de détresse vitale, les gestes de secours ne devront pas être retardés par la mise en place des gants et du masque.
  • Si la victime consciente présente un malaise avec sensation de fièvre ou/et des signes respiratoires (toux...), et si l’entreprise en dispose, le SST lui demandera de s’équiper d’un masque.
  • Lors de la recherche des signes de respiration, le SST regarde si le ventre et/ou la poitrine de la victime se soulèvent. Il ne place pas sa joue et son oreille près de la bouche et du nez de la victime(*).
  • Face à un adulte en arrêt cardiorespiratoire, le SST pratique uniquement les compressions thoraciques(*), l’alerte des secours et l’utilisation du DAE étant inchangées.
  • Face à un enfant ou un nourrisson en arrêt cardiorespiratoire, le SST pratique les compressions thoraciques et le bouche-à-bouche(*). Ce dernier peut ne pas être réalisé en cas de traumatisme facial, de vomissements ou de répulsion de la part du SST. L’alerte des secours et l’utilisation du DAE sont inchangées.
  • Dans tous les cas, le SST et les témoins devront veiller à bien se laver les mains après l’intervention (et également après le retrait des gants).
(*) conformément aux recommandations de l’ILCOR (International liaison committee on resuscitation) d’avril 2020.
 

Pour en savoir plus :